Partagez cet article :

Accident avec principe de la tirette

Le principe de la tirette (ou de fermeture éclair) s’applique en Belgique depuis le 1er mars 2014. Depuis déjà de nombreuses années donc. Et pourtant ce procédé est encore méconnu. Ou incompris.

Surtout il est systématiquement sujet à de vastes débats. Et d’interminables discussions si un accident de la route se produit dans ce cadre-là. Notamment vis-à-vis de votre assureur qui ne demande qu’à vous défendre. Mais qui ne dispose pas des éléments correctement relatés ou représentés pour le faire.

Fonctionnement du principe de la tirette

Le Code de la Route précise que le principe de la tirette est obligatoire aux endroits où une bande de circulation est interrompue. Le conducteur doit alors continuer de rouler sur sa bande de circulation jusqu’au rétrécissement. Pour ensuite s’intercaler sur la bande de circulation contigüe où la circulation se poursuit. Les conducteurs se trouvant sur cette bande doivent tour à tour laisser un conducteur s’insérer.

Pour que le principe de la tirette soit applicable, il faut nécessairement que tous les éléments soient réunis. Et notamment, cette obligation de céder le passager de manière alternée qui ne vaut que lorsque l’autre véhicule est arrivé à l’obstacle qui l’empêche de continuer sur sa bande. Si vous décidez de vous rabattre plus tôt, le tiers n’a aucune obligation de vous céder le passage. Il faut en outre que l’action de s’intercaler soit justifiée par un trafic dense.

S’il n’y a pas file et que vous êtes seul sur la route, inutile de forcer le passage. C’est vous-même qui serez en faute. D’ailleurs inutile tout simplement de forcer le passage ! Ce procédé est basé essentiellement sur la courtoisie. Bien qu’obligatoire, démontrer que vous aviez priorité en vertu du système de la tirette est relativement compliqué.

Accident suite à non-respect du principe de la fermeture éclair

Ce procédé a pour but de fluidifier le trafic en cas d’embouteillage. En cas de correcte application, ce mécanisme a montré ses preuves. Mais encore faut-il que les règles relatives à la fermeture éclair soient bien appliquées. Et connues de tous les automobilistes. Car qui n’a jamais connu un conducteur qui, excédé par les embouteillages, refuse obstinément de vous céder le passage ?

En vertu du principe de la tirette il le devrait mais par manque de courtoisie il est bien décidé à ne pas le faire. Qu’allez-vous faire ? Ravalez votre ego et le laisser passer ? Ou forcer le passage au risque d’avoir un accident ? Et si l’accident se produit, qu’en sera-t-il ? Ne risque-t-il pas de montrer de la mauvaise foi ? Ne vaut-il pas mieux éviter d’aller à la confrontation ? Et éviter ces situations aux conséquences déplaisantes ? Ou ces pertes de temps inutiles et des conclusions parfois hasardeuses ?

Conseils et erreurs à ne pas faire en cas d’accident avec principe de la tirette

Constat d'accident à remplir

Si vous deviez être confronté à ce type d’accident, veillez surtout à correctement compléter le constat d’accident. Et remémorez-vous quelles sont les conditions pour que ce procédé soit d’application. Premièrement il faut qu’il y ait des files. Voire des embouteillages. Deuxièmement il faut qu’il y ait un obstacle. Ou tout du moins l’obligation de vous rabattre sur une autre bande suite à un rétrécissement de la chaussée. Et troisièmement il faut être arrivé devant ledit obstacle pour que le mécanisme s’applique. Vous devez donc établir le constat en faisant apparaître très clairement ces 3 éléments. Utilisez dès lors le croquis pour les faire apparaître. Dessinez plusieurs véhicules en file indienne, l’obstacle vous obligeant de changer de file. Et enfin votre véhicule devant l’obstacle qui tente de s’intercaler. Voici ci-après un schéma qui pourrait parfaitement être représenter un accident de la route avec application du système de la tirette.

accident auto principe de la tirette

Croquis sur le constat d'accident matérialisant le principe de la tirette

L’erreur la plus fréquente est de ne matérialiser sur le constat d’accident que les 2 véhicules directement impliqués dans l’accident. Parfois en mentionnant tout de même le principe de la tirette dans les commentaires. Mais si ce procédé n’est pas également reconnu par la partie adverse dans ses propres commentaires, les probabilités de ne pas obtenir gain de cause seront très élevées. Si seulement 2 voitures sont représentées sur le constat, il sera déduit qu’il n’y avait pas file. Et donc que le principe de la tirette ne s’appliquait pas.

Pensez aux témoins

Dernier conseil, veillez à récolter les coordonnées de témoins ayant assistés à la scène. Et il y en a très vraisemblablement vu qu’il y avait file autour de vous. Raison pour laquelle vous voulez faire prévaloir le principe de la tirette. Même si la scène d’accident se déroule vite et que vous êtes pris de panique, sachez que les témoignages peuvent réellement vous être d’une grande utilité pour déterminer précisément comment s’est déroulé l’accident. Evidemment ces témoins ne peuvent être l’une de vos connaissances pour être valablement accepté.

Choisir une bonne assurance auto

A la recherche d'une assurance auto au meilleur rapport qualité/prix ? Profitez gratuitement de nos comparateurs de tarifs. Trouvez rapidement la meilleure assurance auto selon votre profil de client.

VOIR LES TARIFS

Cela pourrait également vous intéresser :

Partagez cet article :