Partagez cet article :

Comment bien choisir une assurance vélo ?

Bien choisir une est primordial si l’on veut s’éviter de mauvaises surprises. Notamment en cas d’accident. Voici quelques conseils qui peuvent vous aider dans le choix d’une assurance vélo.

Choisir une selon les garanties

Il existe plusieurs garanties auxquelles vous pouvez souscrire dans un contrat d’assurance vélo. Ces garanties peuvent se classer en deux catégories. Celles liées au vélo et donc au côté matériel. Et celles liées au cycliste, davantage tournées donc vers l’aspect corporel du cycliste. Pour le vélo, on peut donc souscrire à une assurance omnium qui vient protéger votre vélo des dommages que celui-ci pourrait subir. Dans cette omnium, il n’existe en définitive que 2 options. Tandis que dans un contrat auto il y a davantage de possibilités.

choisir assurance vélo

Pour un vélo il sera donc possible de le couvrir contre le vol et contre les dégâts matériels. Le vol est simplement la disparition du vélo. Vous recevrez une indemnité compensatoire en raison de la disparition définitive du bien assuré. Les dégâts matériels sont les dégâts d’ordre matériel que votre vélo pourrait subir en raison d’un accident / incident qui le rend impropre à son utilisation normale. La notion de dégâts matériels est relativement large et on peut y voir une forme d’assurance tout risque pour son vélo (en cas d’accident en tort, de vandalisme, de dégâts consécutifs à une tentative de vol, suite à une mauvaise manœuvre, etc…).

Assurance Vélo

Pour le cycliste, on peut donc souscrire à une assurance soins de santé en vue de couvrir les éventuels dommages corporels que le cycliste pourrait subir. En complément ou en inclusion parfois, les équipements du cycliste (vêtements, casque, équipements de sécurité, etc…) peuvent être couverts également. Une assistance dépannage, au cas où vous seriez immobilisé avec votre vélo, peut être proposée aussi à la souscription auprès de certains assureurs moyennant un léger supplément.

Choisir une selon vos besoins de cycliste

Qui dit contrat d’assurance dit forcément conditions d’intervention. Et au moment de choisir une , ces conditions seront fort primordiales car ce seront celles-ci qui différencieront un contrat de l’autre. Certains contrats étant inévitablement plus intéressants que d’autres. Sachant bien sûr que la qualité se paie et qu’un cycliste chevronné n’aura pas les mêmes attentes qu’un cycliste du dimanche. A vous de savoir quelles sont vos besoins par conséquent.

Si le vélo est votre moyen de locomotion principal, sans doute aurez-vous envie de l’assurer efficacement ! Pareil si le vélo que vous avez acheté est qualitatif et vous a coûté plusieurs milliers d’euros. En revanche si vous n’avez qu’un vélo bas de gamme destiné à faire occasionnellement une balade le dimanche après-midi pour vous délasser, il semble peu probable qu’assurer le vélo soit une priorité. En revanche peut-être, quelque que soit l’usage réel du vélo, que la santé est votre préoccupation principale et que vous souhaitez vous prémunir contre un quelconque coup du destin en vous protégeant corporellement à l’aide de formules d’assurance adaptées.

A vous de juger quels sont vos besoins. Ceux-ci influeront sur le choix de l’assureur et des garanties que vous estimerez utiles de souscrire.

Conditions d’intervention des garanties du contrat

Voici les principaux critères sur lesquels vous attarder lorsque sera venu le moment de choisir une . Pour la partie plusieurs critères sont à analyser. Notamment ceux ayant trait au calcul de l’indemnité en cas d’intervention de l’assurance vélo. Le calcul de base se fera toujours à partir de la valeur assurée, qui correspond généralement à la valeur d’achat à neuf du vélo. A partir de cette valeur et de cette date d’achat, le vélo perd progressivement de sa valeur.

Reste à savoir combien ? Le contrat le précisera et bien souvent la perte constatée est de 1% par mois écoulée. Mais cette perte de valeur prend-elle effet immédiatement à partir du lendemain de la date d’achat ou ultérieurement ? Il n’est en effet pas rare qu’une absence de perte de valeur soit accordée. Par exemple pendant les 12 premiers mois. Et une fois cette période passée, comment le décompte s’opère-t-il ? La perte de valeur débute-t-elle à partir du 1er mois à nouveau ou à partir du 13ème mois dans l’exemple énoncé ci-avant ? Facile de s’y perdre donc parmi ces données quelque peu techniques. Pourtant pour une comparaison saine et efficace entre plusieurs contrats d’assurance vélo, il vous faudra tenter d’y voir clair à ce sujet.

D’autres critères doivent également vous préoccuper lors du choix d’une assurance vélo. Y a-t-il une franchise ? Si tel est le cas, à combien s’élève-t-elle ? Comment est-elle calculée ? Est-elle systématiquement d’application ? Y a-t-il en outre des seuils et plafonds d’intervention minimum / maximum ? Enfin pensez à jeter un œil aux motifs de refus d’intervention et autres exclusions que le contrat pourrait prévoir. Sont-elles raisonnables et/ou pas trop contraignantes (notamment au niveau de l’assistance dépannage) ?

Tarif d’une

Bien évidemment c’est l’élément tape-à-l’œil qui pousse le plus souvent le commun des mortels à privilégier telle ou telle assurance. Et pourtant ce n’est généralement pas l’assurance la moins chère qui offre les meilleures prestations. A vous de voir quelles sont vos attentes et besoins en tant que cycliste …

Comparez non seulement les prix mais aussi les prestations fournies selon les diverses garanties proposées à la souscription. Il n’est pas rare en effet, pour quelques euros supplémentaires à peine, de trouver un contrat aux conditions bien plus avantageuses ! Et puis n’hésitez pas à négocier le tarif, voire à mettre en avant votre statut de bon client déjà assuré pour d’autres contrats d’assurance.

Et l’assurance familiale ?

Avant même de songer à souscrire à une assurance vélo, veillez à soit être en ordre au niveau de votre assurance familiale, soit à en souscrire une. Une veille à vous protéger vous-même et votre vélo des éventuels désagréments que vous pourriez subir sur la route. Mais vous-même à bord de votre vélo, vous pourriez tout aussi bien être l’initiateur de dégâts causés à autrui. Et en tel cas il vous appartiendrait évidemment de remédier à cette situation en dédommageant le tiers des dégâts que vous avez causés.

Attention que ces dégâts peuvent parfois être fort élevés. Prenons un exemple certes un peu catastrophique mais qui illustre bien les dramatiques conséquences qu’une maladresse de cycliste pourrait causer. Vous êtes à vélo, vous ne voyez pas le panneau « céder le passage » et poursuivez votre route. Un camion arrive, cherche à vous éviter, braque et se retrouve sur le flanc. Au passage, plusieurs véhicules stationnés sont endommagés, de même qu’une devanture de magasin. Un piéton passant à proximité est lui-même touché suite à la projection de débris. Sans ce refus de céder le passage l’accident ne se serait pas produit et le vélo sera donc tenu responsable.

Imaginez l’ampleur des réclamations. Serez-vous y faire face ? L’ n’interviendra que pour vous-même et votre vélo. Pour les dégâts au tiers, c’est l’assurance familiale qui peut intervenir. Pour moins de 100€ à l’année vous êtes assuré contre ces risques. Et davantage encore car l’assurance familiale peut potentiellement intervenir dans de nombreuses autres situations de la vie privée. Seule une éventuelle franchise peut rester à votre charge. Un moindre mal comparativement aux dégâts parfois colossaux. Pensez donc à souscrire à ce genre d’assurance. Et pas uniquement parce que vous êtes cycliste !

Cela pourrait également vous intéresser :

Partagez cet article :