Partagez cet article :

Perte totale économique

Perte totale économiqueLorsque l’expert déclasse votre véhicule, on dit alors que votre véhicule est en perte totale. Il y a cependant lieu de distinguer deux types de perte totale. La perte totale technique et la perte totale économique.

Le véhicule est dit en perte totale économique si la différence entre la valeur réelle du véhicule avant accident et la valeur de l’épave est inférieure au coût de la réparation. On dit alors que la réparation du véhicule ne se justifie plus d’un point de vue économique.

En effet, la somme nécessaire à la remise en état du véhicule est supérieure ce que valait le véhicule juste avant l’accident.

Règles légales :

Une réflexion typique du client est de réclamer coûte que coûte la réparation de son véhicule. Peu importe les frais engagés ! Et ceci car les règles en matière de responsabilité prévoient que l’indemnité découlant d’un sinistre doit placer la victime dans la même situation que celle dans laquelle elle se trouvait avant l’accident.

Mais il ne faut pas oublier que l’indemnité ne peut jamais être supérieure à la valeur du véhicule avant l’accident. En effet, selon la législation, il est interdit que l’indemnité versée puisse devenir source d’enrichissement. Tant pour l’assuré que pour le bénéficiaire. L’indemnité accordée ne doit pas non plus produire une perte pour l’assuré.

Elle doit en fait correspondre précisément au dommage subi !

Et avec l’indemnité versée, l’assuré doit pouvoir retrouver un véhicule en tout point similaire à celui qui a été accidenté. Modèle, gabarit, état général, âge, kilométrage, etc…

Le client pourra toutefois décider de tout de même réparer sa voiture. Mais il n’aura très logiquement pas tout l’argent nécessaire pour effectuer la réparation. Et devra donc suppléer de sa propre poche. Si la réparation a lieue malgré tout, il conviendra de vérifier auprès de l’expert si un passage au contrôle technique, après réparation, est requis ou non.

La perte totale technique intervient quant à elle si le véhicule est à ce point gravement abîmé que sa réparation ne se justifie plus d’un point de vue technique.

A lire aussi :

Partagez cet article :
Fermer le menu