Partagez cet article :

Accident avec une voiture de remplacement

accident avec une voiture de remplacementAu cas où vous utilisez une voiture de remplacement parce que le véhicule nommé au contrat est temporairement inutilisable, il convient de prévenir votre compagnie d’assurance. Et de communiquer les caractéristiques complètes (marque / modèle / numéro de châssis) de cet autre véhicule.

Ainsi vous serez valablement assuré au cas où vous veniez à être impliqué dans un accident de la circulation. Naturellement ce transfert momentané de véhicule ne vaut que si vous y apposez votre propre plaque d’immatriculation. Si ce n’est pas votre plaque mais celle de celui à qui appartient réellement la voiture, vous n’avez pas à prévenir votre assureur. C’est l’assureur de ce propriétaire qui continue à couvrir le véhicule et non pas votre assureur.

Indemnisation des victimes

Si votre voiture de remplacement est valablement renseignée auprès de votre assureur, celui-ci devra intervenir en votre faveur. Au cas où vous êtes celui qui est fautif dans l’accident, votre compagnie d’assurance indemnisera les tiers victimes de l’accident. Si vous êtes vous-même la victime, votre assureur (juridique) défendra vos intérêts et veillera à ce que le propriétaire du véhicule soit justement indemnisé du préjudice subi. Vérifiez bien jusque quand cette couverture temporaire de votre véhicule habituel est accordée. Le délai habituel est fixée à 30 jours. Si une prolongation est nécessaire, veillez à obtenir une preuve écrite de ce prolongement.

Accident avec une voiture de remplacement et intervention OMNIUM

En cas d’accident avec une voiture de remplacement et au cas où vous êtes fautif, votre assurance omnium peut éventuellement intervenir si les conditions du contrat le prévoient. Il convient de vérifier dans les conditions générales si un transfert des garanties s’opère également via votre assureur omnium sur votre véhicule de remplacement. Si tel est le cas, les dégâts subis à ce véhicule suite à cet accident seront pris en charge. 

Reste à déterminer si la valeur assurée est suffisante car votre contrat se base sur le véhicule devenu inutilisable. Si la valeur initiale est supérieure, aucun souci la voiture de remplacement sera indemnisée à sa juste valeur. Mais pas davantage évidemment, il ne peut y avoir surassurance. En revanche si le véhicule de remplacement est plus prestigieux et cher que celui repris au contrat, l’indemnisation sera sous-évaluée. On parle alors de sous-assurance. Et la différence sera à charge du client, qui devra compléter les indemnités avec ses fonds propres.

A lire aussi :

Partagez cet article :
Fermer le menu