Partagez cet article :

Calcul de la prime pour une assurance habitation

Le calcul de la prime pour une assurance habitation se fait en précisant à la compagnie d’assurance les caractéristiques de l’habitation que vous occupez/possédez. Et la valeur de son contenu si vous souhaitez également assurer cette partie-là. Les compagnies d’assurances proposent généralement plusieurs méthodes pour déterminer valablement et facilement ces informations.

Méthodes d’évaluation pour le calcul de la prime pour une assurance habitation

Calcul de la prime pour une assurance habitation : partie BÂTIMENT

Via une grille d’évaluation

calcul de la prime pour une assurance habitation

C’est la méthode la plus fréquemment utilisée. Grâce à diverses questions relatives à l’habitation, on peut ainsi déterminer la taille et la valeur de l’habitation. Ces questions portent essentiellement sur le nombre de pièces que possède l’habitation. Ainsi que l’usage qui leur est destiné. Mais aussi sur la présence d’annexes, d’un feu ouvert, d’un jardin, d’une éventuelle piscine, de terrasses, de garage ou place de parking, … Et la qualité des matériaux utilisés (pierre naturelle, verre, parquet, faïence, cuisine équipée, etc…). Ainsi, si la grille d’évaluation est correctement complétée, l’assurance sera valablement calculée. Et adaptée aux caractéristiques de votre logement.

Ayant de votre côté rempli valablement vos obligations, la compagnie d’assurance ne pourra pour sa part pas vous reprocher un éventuel manquement. Et devra, en cas de sinistre, vous indemniser la juste valeur de réparation. La valeur à neuf en cas de sinistre total si vous êtes propriétaire ou en valeur réelle si vous êtes locataire. En revanche, s’il s’avère que vous n’avez pas correctement répondu aux questions et que l’habitation est sous-évaluée, votre indemnisation sera soumise à une règle proportionnelle. Concrètement, cela signifiera que vous serez moins indemnisé que ce qu’il faudrait étant donné que la valeur à assurer aurait dû être supérieure théoriquement.

Selon le loyer que vous payez

Si vous êtes locataire, le calcul de la prime à payer peut simplement être obtenu en transmettant le montant du loyer que vous payez mensuellement pour occuper le bien. Au plus le loyer est élevé, au plus le logement est censé être couteux. Et donc le tarif pour l’assurance suivra ce même raisonnement. Au-delà d’un certain montant de loyer, il est parfois réclamé d’utiliser la grille d’évaluation standard utilisée par l’assureur.

Selon la superficie de l’habitation

Il vous est demandé de communiquer la surface habitation de l’habitation en terme de m². Bien que ce critère ne soit quasiment plus utilisé par les compagnies, il offre une méthode simple de calcul pour déterminer le montant de la prime à payer pour assurer votre habitation. Au plus le logement est grand, au plus la prime à payer est conséquente. Raisonnement on ne peut plus logique.

Via une expertise

Un expert immobilier définit précisément la valeur de l’habitation. L’avantage est donc d’être assuré au montant précis que vaut l’habitation. Mais l’inconvénient est que la vérité d’une année ne sera pas celle de l’année suivante. Ainsi si vous achetez une maison à un certain montant, il faudra revaloriser le montant à assurer chaque année. Car l’index ne comblera jamais la prise de valeur prise par les habitations d’une année à l’autre.

Et sur plusieurs années, le logement risque très clairement de devenir sous-assuré. Méthode donc à éviter. Ou à n’utiliser que sur demande expresse de la compagnie d’assurance. Ce procédé d’évaluation peut toutefois être recommandé au cas où l’habitation présente certaines particularités dites « à risque ». Tel qu’une construction en matériaux combustibles (bois par exemple).

Calcul de la prime pour une assurance habitation : partie CONTENU

Il n’est jamais aisé de déterminer avec précision la valeur du contenu d’une habitation. Bien souvent d’ailleurs, les occupants sous-estiment cette valeur. La législation tolère d’ailleurs un facteur correctif de 10%. De sorte que l’assuré sera tout de même assuré à sa pleine valeur si la valeur du contenu a été sous-estimé de moins de 10% au total. Au vu de la complexité de la tâche, et de la même manière que pour estimer la valeur du bâtiment, les compagnies d’assurance ont mis en place des méthodes d’évaluation afin de permettre d’aisément assurer le contenu en 1er risque.

Méthodes d'évaluation

Les procédés les plus courants sont une grille d’évaluation, posant diverses questions. Et permettant ainsi d’assurer le contenu indépendamment de sa valeur réelle. La somme sur base de laquelle sera calculée la prime à payer est établi généralement sur base de 30% de la valeur du contenu. Pourcentage qui correspond à ce qu’un habitant possède habituellement dans son habitation au vu de sa valeur globale.

La seconde méthode consiste à fixer la valeur maximale par objet faisant partie du contenu. En cas d’incident, l’assuré est donc indemnisé pour chaque objet à concurrence d’un certain montant maximal (3000€ par exemple). Donc si vous avez un objet d’une valeur de 4000€, vous ne pourrez dans ce système-là jamais recevoir que maximum 3000€. La valeur maximale du contenu (dans sa totalité) est limitée forfaitairement aussi. Par exemple selon ce principe : montant de l’objet le plus cher multiplié par 10. Soit 30000€ au total.

prlme assurance habitation

Personnalisation de la valeur assurée

Ces procédés ont l’avantage de faciliter le montant qu’il convient d’assurer. Mais vérifiez toutefois bien que votre contenu est suffisamment assuré selon les règles édictées par le contrat d’assurance. Dans la plupart des cas, ces systèmes devraient convenir à la plupart des situations. Mais libre à vous de recourir à un procédé plus traditionnel en fixant la valeur de votre contenu selon sa valeur réelle.

Si vous habitez une modeste demeure mais que vous avez entreposé d’innombrables objets de valeur pendant plusieurs années, il peut être opportun de procéder de la sorte. A l’inverse, si vous habitez une très belle et grande habitation mais que vous n’avez que peu de meubles de valeur, peut-être jugerez-vous inopportun de payer « autant » pour assurer le contenu. A vous d’analyser quels sont vos besoins. Et de souscrire au contrat qui correspond à votre situation personnelle.

Valeur assurée par le contrat d’assurance en cas de sinistre

Valeur assurée du bâtiment

Grâce aux données recueillies, la compagnie d’assurance peut ainsi aisément évaluer les risques à couvrir. Et ceci tant pour le bâtiment que son contenu. Un calcul de prime pourra ainsi vous être proposée. Attention toutefois aux limitations d’indemnisation prévues dans le contrat. Au niveau de la partie « bâtiment », la valeur assurée est généralement la valeur de reconstruction à neuf grâce au système de calcul prôné par l’assureur. Ainsi, quel que soit le dommage subi, vous avez la certitude que l’habitation sera valablement remise en état. Hormis éventuelle franchise à votre charge.

Et pour que l’indemnisation suive le cours de l’immobilier, votre prime sera chaque année majorée selon l’indice ABEX. C’est-à-dire selon l’évolution du prix de la construction. Cet indice permet donc de tenir compte de l’évolution générale des prix. Si vous avez opté pour les montants assurés via une expertise, l’indemnisation ne pourra en revanche être supérieure à la valeur assurée. Donc la valeur expertisée et indexée.

Valeur assurée du contenu

Concernant le contenu, le principe est sensiblement identique. Selon la méthode utilisée, une prime vous est proposée. Une limitation d’indemnisation vous sera toutefois imposée. Notamment vis-à-vis de la garantie « vol de contenu ». Libre à vous d’accepter les montants proposés. Ou de réclamer une extension de couverture. Moyennant surprime naturellement. Pour la partie « contenu », davantage encore que pour la partie « bâtiment », il est recommandé de bien vérifier ce que prévoit le contrat en terme d’indemnisation. Et quelles sont les limites et exclusions ! Si par exemple tous les biens couverts seront indemnisés en suffisance en cas de sinistre (mobilier, marchandise, matériel, biens de valeur et autres objets spéciaux).

Hormis pour quelques types de biens, le contenu sera la plupart du temps assuré en valeur à neuf. C’est-à-dire selon la valeur d’achat actuelle d’un bien neuf similaire. Une vétusté peut toutefois être appliquée si celle-ci dépasse un certain seuil. Ce seuil dépendra de l’âge du bien endommagé. Ou de sa vétusté estimée après expertise. Par exemple si le contrat prévoit une vétusté avec un seuil de 30%, il ne sera déduit une vétusté que si le bien est davantage vétuste que 30%. Imaginons un bien meuble d’une valeur de 3000€, si celui-ci est jugé vétuste à 20%, le client touchera 3000€ (car le seuil fixé contractuellement n’est pas atteint). En revanche si la vétusté est de 40%, il ne touchera alors que 1800€. Même principe en fonction de l’âge du contenu assuré, règle souvent appliquée concernant le matériel électronique.

Comparez les prix d'une assurance habitation

A la recherche d'une assurance incendie au meilleur rapport qualité/prix ? Profitez gratuitement de nos comparateurs de tarifs. Trouvez rapidement la meilleure assurance habitation.

VOIR LES TARIFS

Cela pourrait également vous intéresser :

Partagez cet article :