Partagez cet article :

Qu’est-ce qu’un mauvais conducteur pour une assurance auto ?

Être un mauvais conducteur est un concept relativement flou. Notamment pour les assureurs auto qui cherchent à les éviter et donc à ne pas les accepter parmi leur clientèle. C’est en effet cette catégorie d’automobiliste qui est le plus susceptible de causer des accidents, potentiellement graves. Et ainsi de faire chuter les bénéfices de la société d’assurance.

Qu’est-ce qu’un mauvais conducteur ?

mauvais conducteur en assurance autoQuestion difficile mais tâchons de dresser le portrait-robot d’un « mauvais conducteur ». Ce serait donc celui qui ne respecte pas les règles relatives au code de la route, qui ne se montre pas vigilant aux autres usagers de la route, qui n’a pas une conduite défensive en tâchant d’anticiper au maximum leurs mouvements et tout autre obstacle sur la route. Ce serait celui qui aurait tendance à ne pas respecter les vitesses. Ou encore celui qui ne rechigne pas à prendre le volant alors qu’il a trop bu. Voici pour la théorie et chacun de nous en a déjà croisé un sur la route. 

Mais il y a toutefois lieu de distinguer aussi le mauvais conducteur du conducteur dangereux. L’un et l’autre se ressemblent mais les conséquences peuvent ne pas être les mêmes. Un conducteur dangereux reste une notion subjective. Peut-être est-il né sous une bonne étoile et que malgré son comportement agressif et sportif sur la route, jamais il n’a été impliqué dans un sinistre auto. Du moins directement car indirectement il pourrait tout de même être à l’origine d’un accident. Un comportement jugé agressif par certains peut parfaitement être considéré comme acceptable par d’autres. A l’inverse, un automobiliste roulant trop lentement et prenant trop de précautions peut être jugé dangereux et irritant par certains. 

Quelles qu’en soient les conséquences, le mauvais conducteur pour un assureur sera celui qui est reconnu fautif dans plusieurs accidents de la circulation. Un seul accident en tort ne peut trop vous pénaliser habituellement, sauf circonstances aggravantes mais plusieurs vous porteront généralement préjudice. A noter qu’un nombre conséquent d’accident en droit peut aussi vous être préjudiciable. Même si vous n’êtes pas la cause, la multitude de sinistre peut refroidir les envies de vous accepter comme client au vu de la surcharge de travail qu’entraîne un dossier sinistre. Même si vous êtes reconnu en droit.

Conséquences si vous êtes considéré comme un conducteur à risque

Un mauvais conducteur ou celui que l’on nomme plus communément un « conducteur à risque » est celui qui a donc été reconnu en tort dans plusieurs accidents de la circulation. Ces faits seront retranscrits sur l’attestation de sinistre que votre assureur actuel (et/ou précédent) vous aura remis. Quand vous changez de compagnie d’assurance, ce type de document est systématiquement réclamé. Cela permet à votre assureur de vérifier l’exactitude des renseignements que vous lui avez fourni et de vous proposer un tarif correct correspondant à votre expérience de conduite. Si votre attestation de sinistralité référence plusieurs accidents en tort, vous aurez d’une part davantage de difficultés à trouver un assureur qui veuille bien vous accepter en tant que client. Et d’autre part vous ne pourrez prétendre à un tarif aussi bas que celui qui n’est jamais impliqué dans un accident. Un conducteur supposé à risque de par ses antécédents ne peut logiquement payer le même prix qu’un bon conducteur. Le risque donc en tant de mauvais conducteur est de payer son assurance auto plus chère. Prix qui diminuera si vous n’êtes plus à l’origine de nouveaux accidents ultérieurement. Et qui augmentera si vous causez de nouveaux accidents.

A lire aussi :

Partagez cet article :
Fermer le menu