Partagez cet article :

Garantie BOB

De plus en plus d’assureurs proposent une garantie BOB dans une assurance auto. C’est même devenu un argument de vente auprès de la clientèle. Mais en quoi une garantie BOB consiste-t-elle ? Est-ce réellement avantageux et dans quel cas peut-elle intervenir ?

BOB, c'est qui ?

Garantie BOBBob, c’est celui qui conduit et qui ne boit pas. Après une fête arrosée, c’est lui reconduit tout le monde chez lui en toute sécurité. BOB est donc un conducteur sobre qui conduit un véhicule et qui raccompagne ses camarades de fête qui ont bu plus que ce que la législation le permet pour prendre le volant. Cela peut être sa propre voiture qu’il conduit, ou bien celle d’un camarade ayant participé à la fête. 

Toutefois et c’est là la particularité de la garantie BOB au niveau assurance du moins, cette intervention ne pourra avoir lieue que si le véhicule conduit n’appartient pas au conducteur. Si le conducteur utilise sa voiture personnelle, la garantie BOB n’interviendra logiquement pas et il faudra avoir souscrit à une assurance omnium complète (pour les dégâts matériels au véhicule conduit) et à une assurance conducteur (pour couvrir vos éventuels propres blessures en tant que conducteur responsable).

Intervention de la garantie BOB

La garantie BOB proposée par certains assureurs permet donc de protéger les dégâts éventuellement causés par BOB, alors qu’il était au volant du véhicule. Cette garantie est toute récente et reste à vrai dire relativement abstraite quant aux couvertures réellement proposées. De surcroît les prestations fournies diffèrent d’une compagnie à l’autre et les conditions d’intervention sont très strictes !

Il faut dire en effet que ce genre d’intervention laisse la porte grande ouverte à des cas de fraude. Sur le papier c’est donc très prometteur et enthousiasmant. Dans la réalité, les cas où il y a effectivement intervention sont sujets à de multiples débats. Il faut tout d’abord vérifier ce qui est effectivement couvert.

1. Dégâts matériels couverts par la garantie BOB

La question ne se pose que si BOB est en tort. Si le tiers est reconnu coupable de l’accident, c’est son assurance en effet qui indemnisera toutes les conséquences de l’accident. Si en revanche c’est le BOB qui est fautif, les dommages à votre véhicule seront à votre charge. A moins d’avoir souscrit à une assurance omnium complète. Ou de disposer d’une garantie BOB, auquel cas les dégâts seront alors remboursés si les conditions générales l’autorisent.

2. Dégâts corporels assurés par la garantie BOB

Là aussi, la question ne se pose que si BOB est en tort. S’il est en droit, c’est la partie adverse qui indemnisera toutes les conséquences de l’accident. S’il est en tort en revanche, le conducteur BOB ne sera pas indemnisé de ses préjudices corporels. A moins naturellement que le véhicule conduit soit couvert par une assurance conducteur. Ou de bénéficier d’une garantie BOB. En telle situation, même s’il n’y a pas d’assurance conducteur, le conducteur en sa qualité de BOB sera indemnisé de ses dommages corporels (blessures et autres) si les conditions générales du contrat le prévoient.

Critères à vérifier pour la garantie BOB

Les meilleures garanties BOB assureront les 2 éventualités. Donc autant les dégâts matériels que les dommages corporels. Il y a donc lieu de vérifier le contrat et les conditions qui s’y rapportent. Et surtout ne pas se fier exclusivement au titre racoleur de garantie BOB commercialement et savamment mis en avant par les assureurs. Parfois en effet ce n’est que de la poudre aux yeux pour gagner quelques clients supplémentaires … 

Toutes les compagnies d’assurance ne proposent d’ailleurs pas cette extension de contrat, généralement gratuite. A vérifier donc lors de la souscription de votre contrat. Et si vous souhaitez être réellement tranquille en tant que personne ayant recours à un BOB, souscrivez d’une part à une assurance omnium complète. Du moins si l’âge du véhicule le permet et si vous en avez les moyens. Et d’autre part à une assurance conducteur pour que le conducteur soit toujours assuré, même s’il devait être en tort dans un accident.

A l’inverse, attention si vous êtes BOB et que ne conduisez pas votre propre véhicule. Si un camarade ivre vous demande de conduire sa voiture, vérifier au préalable bien s’il dispose d’une assurance omnium complète. Cela vous évitera de gâcher une amitié si vous deviez malencontreusement être à l’origine d’un accident. Vérifiez surtout aussi si son contrat d’assurance inclut une assurance conducteur. S’il n’y en a pas, vous supporterez vos propres frais médicaux si vous êtes fautif dans un accident. Ce serait tout de même très dommage alors qu’à la base vous comptiez rendre service en acceptant le rôle de BOB. A défaut de ces 2 garanties, vérifiez si une garantie BOB est proposée par son assurance. Et quelles en sont les conditions.

Conditions d’intervention

Cette garantie étant relativement nouvelle, les prestations ne sont pas encore uniformisées. Et c’est ainsi que les conditions d’intervention varient très fortement d’une compagnie à l’autre. Il faut donc bien vérifier ce qui est couvert, ce qui ne l’est pas et les dispositions administratives à entreprendre en cas d’accident. Voici cependant quelques règles que l’on retrouve généralement chez la plupart des assureurs proposant ce type de service. 

Ainsi, BOB doit disposer d’un permis de conduire valable, être sobre, ne peut être rémunéré, doit avoir été autorisé à conduire le véhicule et ne peut être quelqu’un renseigné nominativement au contrant comme conducteur potentiel ou habiter sous le même toit. Le conducteur supposé du véhicule doit bien évidemment être alcoolisé, sans quoi BOB n’a pas lieu d’être. Enfin, l’accident doit être constaté obligatoirement par les services de police. Un PV de police doit dès lors être dressé par les autorités et c’est ce document qui fera office de déclaration d’accident.

A lire aussi :

Partagez cet article :
Fermer le menu