Partagez cet article :

Importance d’un témoin lors d’un accident auto

Un témoin suite à un accident de la circulation peut se révéler particulièrement précieux. C’est en effet grâce à un témoin que la balance peut pencher en faveur de l’un des conducteurs impliqués dans l’accident auto. Si quelqu’un a assisté à la scène d’accident, n’hésitez donc jamais à relever son identité. Et à en faire mention sur la déclaration d’accident. C’est peut-être grâce à lui que vous obtiendrez gain de cause lors de la conclusion de votre dossier sinistre auto.

Importance d’un témoin lors d’un constat amiable d’accident

témoin-accident-auto

Suite à un accident de la route, il est recommandé d’opter pour un constat amiable d’accident automobile. Le document est conçu pour relater brièvement mais fidèlement les faits et circonstances de l’accident. Comme son nom l’indique, il est utilisé « à l’amiable ». Donc sans aucune animosité de part et d’autre. Cela ne veut pas dire pour autant que les intervenants dans l’accident sont d’accord quant au déroulement de l’accident par exemple.

Qu’il s’agisse de bonne ou de mauvaise foi, les conducteurs peuvent présenter des versions contradictoires quant à ce qui s’est passé. Les informations une fois recoupées permettent le plus souvent de clarifier la genèse de l’accident. Le croquis a alors une importance toute particulière puisqu’étant commun, c’est lui qui va permettre de fixer les responsabilités. Toutefois en l’absence de croquis ou de désaccord manifeste ou de présence de 2 croquis différents il sera tout bonnement impossible de distinguer le vrai du faux. Et de déterminer qui sera indemnisé  Et qui ne le sera pas.

Sauf retournement de situation, on se dirigera alors vraisemblablement vers un renvoi dos-à-dos. Cela signifie qu’aucun des 2 véhicules ne sera indemnisé de ses dommages. Chaque propriétaire de véhicule supportera lui-même les frais de réparation. Fort embêtant car l’un des 2 est normalement réellement préjudicié et ne sera pas indemnisé ! Mais votre assureur n’étant pas présent lors de l’accident et ne pouvant se baser que sur votre constat ne pourra pas apporter la preuve que l’un ou l’autre est en réalité fautif.

A moins qu’un témoin ne puisse être valablement pris en compte. Auquel cas il sera interrogé et sa déclaration viendra alors appuyer les dires de l’un des 2 conducteurs. La majorité l’emportant, le fautif et la victime pourront être identifié. Et une indemnisation pourra avoir lieu.

Valeur d’un témoignage suite à un PV de police

Si un constat amiable d’accident (ou autre document similaire) ne peut être rédigé, un PV de Police devra être dressé. Ce sont généralement les circonstances de l’incident qui exige la rédaction d’un PV de Police. En lieu et place d’un constat simple d’accident. C’est le cas notamment en cas de blessés, de délit de fuite, d’animosité de part et d’autre ou de contestation. La Police veille alors à recueillir séparément les déclarations des conducteurs et à regrouper toutes ces informations dans un dossier qu’elle transmettra au parquet de police compétent pour suites utiles. Les délais de traitement sont toutefois très longs et à défaut d’avoir pu obtenir un accord amiable avec la partie adverse, vous-même et votre assureur devrez faire preuve de patience avant d’espérer obtenir une indemnisation. Avec un PV de Police, davantage bien sûr qu’avec un constat d’accident normal, les contestations sont fréquentes. En cas contraire il aurait été dressé un constat amiable (qui porte définitivement bien son nom).

La présence d’un témoin est donc d’autant plus importante puisque c’est lui très probablement qui pourra permettre à la victime d’être indemnisée. Sa parole viendra en appui des dires de la victime et le fautif sera ainsi reconnu comme tel. Un témoignage est également capital au cas où le propriétaire du véhicule accidenté n’était pas présent. En cas de délit de fuite, si un témoin a assisté à la scène et vient apporter son témoignage en précisant les coordonnées du véhicule fautif (sa plaque de véhicule notamment), le fautif pourra être retrouvé et si le témoin est indépendant vis-à-vis de la victime (c’est-à-dire qu’il n’a aucun intérêt personnel dans l’affaire), le fautif devra indemniser la victime.

Qualité et profil du témoin

Pour être valablement accepté, un témoin se doit d’être indépendant et impartial. Indépendant car il doit être totalement détaché des personnes impliquées dans l’accident. Et n’y trouver aucun intérêt ni personnel ni financier via son témoignage. Et impartial car il ne peut favoriser l’un ou l’autre conducteur. Son jugement doit être parfaitement neutre. Les amis, les connaissances, les membres de la famille ou toutes autres personnes se trouvant à bord de l’un des véhicules accidentés ne pourront légitimement être acceptés comme témoins valables. La compagnie adverse à qui l’on impute la responsabilité de l’accident refusera catégoriquement ledit témoignage.

En revanche si le témoin est acceptable, sa déclaration sera contraignante pour la partie adverse et il ne pourra en être fait abstraction. Donc si suite à un accident, une personne se présente à vous avec une carte de visite, acceptez ! Mieux vaut avoir un témoin que de ne pas en avoir ! Même si les circonstances paraissent claires et même si la partie adverse fait mine d’accepter sa responsabilité dans l’accident. Combien de fois n’a-t-on pas vu un individu retourner sa veste après quelques coups de téléphone et venu le moment de rédiger le constat ! Mieux vaut donc prévenir que guérir. Par ailleurs si la personne fautive sait pertinemment qu’un témoin ira à son encontre, comment pourrait-il encore réfuter les faits ? D’où cette importance cruciale !

Choisir son assurance auto

A la recherche d'une assurance auto au meilleur rapport qualité/prix ? Profitez gratuitement de nos comparateurs de tarifs. Trouvez rapidement la meilleure assurance auto selon votre profil de client.

VOIR LES TARIFS

Cela pourrait également vous intéresser :

Partagez cet article :